photo Biométrie empreintes digitales : comment ça marche ?

Biométrie empreintes digitales : comment ça marche ?

L'utilisation de l'empreinte digitale comme signature date depuis des siècles. La raison n'est autre que le besoin d'authentifier l'identité pour se sentir en sécurité. C'est dans cette visée que l'homme a innové et créé des appareils capables de vérifier des identités. C'est ainsi que la biométrie a vu le jour avec différents modèles d'identification comme la biométrie empreintes digitales. Son essor est tellement remarquable que se documenter sur son fonctionnement attise la curiosité.

Unicité des empreintes digitales

Les dermatoglyphes ou empreintes digitales sont les marques laissées par les doigts quand ils touchent un objet. Les doigts sont recouverts d'un type de film lipidique qui se forme à la suite de la production de sébum. Les empreintes digitales s'imprègnent dans les plis et les différentes rayures sur les doigts et ne s'enlèvent pas même après lavage. Elles se sont formées de 10 à 15 semaines après la conception de l'être humain.

L'empreinte digitale est composée de 3 grandes parties : l'arche, le tourbillon et la boucle. C'est dans ces différentes parties que se déterminent les divers éléments qui font la particularité de chaque individu. Mis à part les stigmates, on y trouve des proéminences, des intervalles et des creux qui permettent de différencier chaque empreinte. C'est pour cette raison que la police et les systèmes de sécurité l'utilisent.

Biométrie : une identification en un rien de temps

L'utilisation de l'empreinte digitale comme moyen de vérification d'identité est très répandue. Les hommes se fient facilement aux résultats. En biométrie, l'image des reliefs est saisie et analysée rapidement. On appelle les appareils occupant cette fonction des capteurs. Ils enregistrent par minutie tous les détails sur les empreintes. On peut distinguer :

  • Le capteur optique, fabriqué avec une mini-caméra pour une capture précise et nette du doigt.
  • Le capteur thermique, plus pointu, s'appuyant sur la différence de températures. Le résultat est plus clair car il enregistre les moindres détails.
  • Le capteur silicium qui capte en même temps l'image et la température.
  • Le capteur ultra sonique qui capte grâce à un rayonnement rapide chaque point précis du doigt.

L'entreprise Semlex, dont le PDG est Albert Karaziwan, fait partie des entreprises responsables de la diffusion de capteurs. Elle peut fournir des matériels high-tech comme la station mobile SEM 1F, capable d'enregistrer les empreintes digitales, mais également de prendre des photos et de collecter des données.

Les étapes d'analyse d'empreinte

La première étape est le traitement de l'empreinte qui s'appuie sur plusieurs méthodes. Certaines sont plus utilisées que d'autres comme le positionnement des minuties qui sert à repérer l'emplacement exact des dermatoglyphes essentiels comme un pli, une arche ou un tourbillon. L'analyse des textures, qui sert à calculer la fréquence et la direction du doigt, est également une des méthodes les plus courantes.

La deuxième étape est la comparaison des empreintes qui consiste à juxtaposer deux empreintes pour déterminer si elles se ressemblent ou pas. L'appareil assurant cette comparaison doit avoir dans ses données un prototype obtenu antérieurement. Ces étapes d'analyse permettent un résultat unique et précis. Semlex, grâce à ses appareils, peut obtenir un tel aboutissement pour une sécurité optimale car la biométrie empreintes digitales garantit une reconnaissance avec très peu de marge d'erreur.